Nora ARNEZEDER, Clovis CORNILLAC, Catherine JACOB et Christian CHARMETANT

Publié le par Audrey CRESPO-MARA

« FAUBOURG 36 » de Christophe BARRATIER

Avec Nora ARNEZEDER, Clovis CORNILLAC, Gérard JUGNOT, Kad MERAD, Bernard-Pierre DONNADIEU, Pierre RICHARD, Maxence PERRIN

« Dans un faubourg populaire du nord de Paris en 1936, l’élection printanière du gouvernement du Front populaire fait naître les plus folles espérances et favorise la montée des extrêmes. C’est là que trois ouvriers du spectacle au chômage décident d’occuper de force le music-hall qui les employait il y a quelques mois encore, pour y monter un « spectacle à succès ». Le lieu sera le théâtre de la plus éphémère des belles entreprises ».

Trois ans après le triomphe « Les Choristes », Christophe Barratier signe un très beau film, une séduisante production française très attendue…

Nous recevions deux des acteurs : la sublime Nora Arnézeder, la révélation du film, et le confirmé Clovis Cornillac. Christophe Barratier avait envie de travailler avec lui depuis longtemps. Il a d’ailleurs écrit en pensant à lui, en faisant le pari que Cornillac accepterait d’incarner l’éclairagiste de la Chansonia, une forte tête et une grande gueule du Syndicat. Il est « une sorte de Reggiani ou de Gabin », disent le réalisateur et les critiques. Comme eux, il incarne avec naturel l’aristocratie ouvrière de l’époque. Il a « ce phrasé populaire qui lui permet d’entrer vite dans le rôle ».  Mais ne comparez pas Cornillac à Gabin, le regard du premier s’assombrit. Accoler son nom à celui d’un monstre sacré du cinéma ne l’émeut pas, ne le flatte pas, mais l’agace plutôt. Allez comprendre… Nora Arnézeder elle, apprécie et savoure quand on lui dit que les critiques voient en elle une nouvelle Michèle Morgan, une Grace Kelly. L’humilité des débuts sans doute. « Elle a le talent, le physique, la qualité de la voix et au-delà, quelque chose d’extrêmement puissant, cette étoffe qui fait des artistes » écrit Barratier.

Clovis Cornillac fut par ailleurs un invité passionnant, profond, volant un peu la vedette à la belle pas encore rompue à l’exercice de la promo.
« Faubourg 36 » n’est pas l’histoire du Front populaire, mais le film aborde les rêves et les préoccupations de l’époque… Christophe Barratier entremêle avec talent plusieurs genres cinématographiques : le film noir, la comédie, sociale et musicale… C’était son défi, il voulait « peindre une petite fresque à la manière d’un conte ». Sa  passion du cinéma classique français (René Clair, Renoir, Duvivier ou Carné…) irrigue son film. Rendons hommage au travail colossal, incroyable et remarquable du compositeur Reinhardt Wagner, du parolier Franck Thomas et du décorateur Jean Rabasse. Puisqu’il fallait tout recréer, l’essentiel du film ne s’est pas joué à Paris mais à Prague. Un quartier entier du Paris populaire des années 30 a surgi dans un champ de maïs tchèque...


Catherine JACOB et Christian CHARMETANT dans « Célibataires » de David Foenkinos - Mise en scène Anouche Setbon -
Studio des Champs Elysées (Paris), jusqu’au 31 décembre


« Les rencontres amoureuses sur internet, c’est la fin des agences matrimoniales ! Michel et Sylvie sont deux employés de ces sociétés en voie de disparition. Célibataires, ils mettent leur cœur à aider les autres. Jusqu’à s’oublier eux-mêmes. Comme plus personne ne vient dans l’agence, il serait peut-être temps qu’ils s’occupent enfin d’eux ? »

C’est la première pièce de théâtre de David Foenkinos, ce jeune écrivain français de 34 ans, 7 romans publiés déjà. Première comédie réussie… « On retrouve son univers plein de fantaisie et d’humour. Réflexions sur le couple, sur la solitude, sur le divorce, sur l’angoisse du bonheur ». Michel et Sylvie sont désœuvrés dans leur agence matrimoniale… avec leurs fiches roses pour les filles, bleues pour les garçons. Leur vie sentimentale est un désert. Tous deux enfermés dans leur solitude. Les personnages de Foenkinos sont souvent comme cela, ils font rire mais sont en proie à une vraie détresse… Ca dérape souvent, et on bascule dans la pure comédie, drôle et amère sur le couple. L’intrigue n’est pas révolutionnaire, mais la manière de traiter le sujet est remarquable, l’écriture aussi très efficace, très drôle, « fantaisiste »…
On rit beaucoup, notamment grâce à l'excellente Catherine Jacob.
Nous recevrons bientôt dans la Matinale, David Foenkinos pour son nouveau roman qui vient de paraître « Nos Séparations ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SEDAT 27/09/2008 22:17

Bsr Audrey...!
A propos des rencontres amoureuses sur Internet,c'est la fin des agences matrimoniales...!
Ce célibataire cherchant l'âme soeur priant toutes les filles au monde:"Dépêchez-vous à aller sur Meetic (Leader Européen de la rencontre en ligne),il y a tous mes tics et mes tocs...!".
Tic-tac,tic-tac,la bonne heure de l'écureuil est dans le présent comme le bonheur est dans le pré...!
Beaux rêves en couleurs...!
Reynaldo.

JF-Rabilloud 28/09/2008 11:43


Merci Reynaldo...